Skip to content

BRUNO GROENING : un Modèle

Le guérisseur miraculeux !

1949 : au centre de l’actualité

L’action de Bruno Gröning à Herford.

En mars 1949, il reçut l’invitation d’un ingénieur de Herford à rendre visite à son fils…. Dieter Hülsmann, âgé de neuf ans, était déjà alité depuis longtemps. Il souffrait de dystrophie musculaire progressive et personne parmi les médecins et professeurs consultés n'avait pu l'aider. Après que Bruno Gröning se fut occupé de lui, l'enfant put à nouveau marcher.

 

Témoignage : l'enfant Huelsmann se lève. (traduit de l'allemand en français)

 

L'ingénieur Hülsmann, vivement impressionné par la guérison de son fils, pria son hôte de rester. Il voulut inviter d'autres malades afin que « l'homme miracle » – comme l’appelait Hülsmann – les aidât.

Bruno Gröning accepta et le nombre de personnes en quête de guérison augmenta de jour en jour. Toujours plus de gens eurent connaissance des évènements surprenants relatifs à Gröning. En peu de temps, son nom fut dans toutes les bouches. Les journaux parlèrent du « docteur miracle » et, dans la zone britannique, il fit la nouvelle du jour. Des milliers affluèrent sur la place Wilhelm et des foules s’amassèrent autour de la maison.

 

 

"Paralysés en chaises roulantes ou portés par leurs proches, aveugles, sourds-muets, mères avec enfants idiots et paralysés, petites vieilles et jeunes hommes se bousculaient et gémissaient, innombrables."
….Je continuai à circuler parmi la foule et sténographiai les récits miraculeux. A eux seuls ils suffiraient à remplir un livre. Alors que je m'allumai une cigarette, un jeune homme à mes côtés me dit : ‘s'il vous plaît, vendez-m'en une ! ’ Il portait une capote militaire et semblait être un rapatrié de Russie. Je lui donnai la cigarette. Il l'alluma et dit, exubérant: ‘Vous voyez, je peux à nouveau tout faire moi-même.’ En même temps il bougea son bras droit ainsi que les doigts et sa jambe droite. Je lui demandai: ‘Vous avez aussi été guéri par Gröning ? - Oui, en Russie j'ai été paralysé du côté droit. Monsieur Gröning m'a regardé et maintenant je suis totalement guéri; je n’arrive pas encore à y croire.’ Heureux, il remua ses membres.
Je me dirigeai vers un groupe rassemblé autour d’une femme aux cheveux blancs d’environ quarante ans. Je l’entendis dire: ‘Bien sûr, j’ai aussi été guérie par Monsieur Gröning. J’avais de gros ulcères à l’estomac, maigrissais toujours plus et ne pouvais plus dormir à cause des douleurs. Nous étions douze personnes chez Gröning [...] Il m’a regardée et j’ai eu le sentiment que les ulcères tombaient comme une pierre sur le sol. Depuis je n’ai plus de douleurs, reprends du poids et les radiographies que j’ai fait faire ont incontestablement montré la disparition des ulcères. Je me suis mise à la disposition de la commission d’enquête médicale. Je peux vous dire qu’ils étaient bien étonnés !’
La femme poursuivit: ‘Mais ce n’est rien; la semaine dernière un aveugle se tenait ici dans la cour. Il a attendu plusieurs jours et plusieurs nuits. Comme je viens souvent ici je l’ai remarqué. Il me faisait pitié et je l’ai invité à manger. ‘Non, me répondit-il, je ne dois pas manquer l’instant où Monsieur Gröning sortira.’ Alors je lui ai apporté des petits pains et lui ai dit que je ferais le nécessaire pour qu’il soit conduit à la gare ‘. Je n’aurai besoin de personne, car je pourrai aller seul à la gare’. Et je l’ai vu de mes propres yeux. Monsieur Gröning est venu et le jeune homme s’est écrié : ‘Je peux voir !’ Effectivement, le voile devant ses yeux s’était dissipé. Il m’a décrit le sac que j’avais à la main. Il a dit: ‘Là-bas circule une voiture et j’en vois le numéro.’ et il s’est rendu tout seul à la gare. Tous ceux qui l’entouraient, pleuraient de joie. »
(Manfred Lütgenhorst du journal Münchner Merkur - juin 49)

 

Témoignage : les paralysés se lèvent de leurs fauteuils roulants. (traduit de l'allemand en français)

 

A l’époque de Herford, des experts en matière médicale du magazine Revue commencèrent à vérifier les guérisons faites par Gröning. Le psychologue et médecin de Marburg, le professeur Dr. H. G. Fischer, se rendit à Herford avec une équipe d'envoyés spéciaux. Il eut des entretiens avec des personnes guéries et dut constater avec étonnement que la « méthode » de Gröning était effectivement couronnée de succès. Sur ce, la Revue s'engagea à éclaircir scientifiquement le « phénomène Gröning ». La « méthode de guérison » du « docteur miracle » devait être étudiée au centre hospitalo-universitaire de Heidelberg. Dans un rapport d'expertise préliminaire paru dans la Revue, le professeur Fischer expliqua expressément que Bruno Gröning n'était pas un charlatan mais un médecin de l'âme doté d'un don naturel. Ainsi il essaya d'expliquer le « phénomène Gröning » tel qu'il le comprit sans toutefois lui rendre justice.

 

Témoignage : Friedrich Sensmayer, paralysé à vie, guérit. (traduit de l'allemand en français)

*

Témoignage : enfant de 14 ans avec troubles cardiaques à vie guérit. (traduit de l'allemand en français)

 

 

Le Traberhof – déferlement des foules à Rosenheim

A la fin des examens de Heidelberg, Bruno Gröning se tourna, en août 1949, vers l'Allemagne du Sud. Il voulut fuir le tumulte fait autour de sa personne et se retira dans un domaine privé près de Rosenheim. On réussit tout d'abord à garder son adresse secrète. Toutefois, après que les premiers journaux eurent révélé son arrivée en Bavière, un véritable mouvement de masse commença de plus belle.
En septembre 1949, jusqu’à 30.000 personnes en quête d’aide se rassemblent chaque jour au Traberhof de Rosenheim devant Gröning.
La presse, la radio et les actualités hebdomadaires en relatèrent. On tourna même un film ayant pour titre « Gröning », documentant tout ce qui se passait autour de lui.

 

Hans Müller blessé de guerre hémiplégique guérit. (traduit de l'allemand en français)

*

Homme saute la barrière - paralysé 4 jours auparavant. (traduit de l'allemand en français)

 

Et déjà les effets se firent sentir chez les malades en chaises et fauteuils roulants ou chez les individus se trouvant à la périphérie. A nouveau des malvoyants recommencèrent à voir, à nouveau des handicapés moteurs se levèrent, à nouveau des paralysés bougèrent leurs membres raidis.

 

Mr Bavay, sclérose en plaques guérit par l'intermédiaire de sa femme. Il deviendra collaborateur de Bruno Gröning. (traduit de l'allemand en français)

 

Ces scènes bibliques ne se produisirent pas seulement au Traberhof. Partout où Gröning apparut, il fut aussitôt entouré d'une multitude de malades.

 

Enumérations de guérisons diverses, miraculeuses. (traduit de l'allemand en français)

 

 

Les organes d’Etat se montrent favorables

"Le préfet de police de Munich, Pitzer, s'adresse à la foule. Il relate qu'une sciatique qui l' handicapait depuis des années s'est améliorée en présence de Gröning. Pitzer n'est vraiment pas homme à avoir un penchant pour la sensibilité excessive, mais il peut témoigner de ce qu'il a observé sur lui-même. Maintenant il prend officiellement parti pour Gröning et le député CSU Hagen suit son exemple avec une déclaration semblable."
(Kurt Trampler - reporter de l’hebdomadaire Münchner Allgemeine)

L’administration bavaroise fut également favorable à Bruno Gröning. "Le ministre-président Dr Ehard a déclaré lundi lors d'une conférence de presse que l'action d'une ‘personnalité exceptionnelle’ comme Bruno Gröning ne devait pas être entravée par les paragraphes."
...…"la vérification provisoire de l'activité guérisseuse de Bruno Gröning a montré qu'elle peut être considérée comme un simple acte d'amour et qu’elle ne nécessite pas l'autorisation prévue par la loi réglementant l’activité des guérisseurs."
(Journal Münchner Merkur -7 sept 1949)

Au Traberhof un grand tumulte fut fait autour de Gröning. Beaucoup de profiteurs apparurent qui voulurent tirer profit de ses capacités. Ils nuisirent à son nom et à sa réputation et amenèrent les autorités à se désolidariser.

 

Apogée au Traberhof mais forces contraires naissantes. (traduit de l'allemand en français)

 

Enfance, adolescence : Ses parents constatèrent très tôt qu’il avait quelque chose d’exceptionnel. Ainsi des animaux craintifs comme des lapins ou des chevreuils venaient à lui et se laissaient caresser......le petit Bruno se réfugiait dans la nature. Il se sentait plus attiré par les animaux, arbres et arbustes que par certains hommes.....« Là je percevais Dieu dans chaque arbuste, dans chaque arbre, dans chaque animal, oui même dans les pierres. Je pouvais rester partout durant des heures –je n’avais d’ailleurs plus la notion du temps– et méditer, et toujours j’avais le sentiment que toute ma vie intérieure s’étendait jusqu’à l’infini. »
...pendant la première guerre mondiale il se rendait souvent dans les hôpitaux militaires....les blessés se sentaient bien en sa présence et beaucoup guérissaient.
« Quand j’étais encore un tout jeune enfant, des malades furent délivrés de leurs maux en ma présence et aussi bien les enfants que les adultes énervés lors de disputes s’apaisaient après quelques mots de ma part. J’ai pu aussi constater comme enfant que des animaux, habituellement considérés comme craintifs ou qu’on disait méchants, se montraient doux et dociles envers moi. Mes rapports avec ma famille étaient de ce fait singuliers et tendus. Très vite, j’aspirai à une totale indépendance pour pouvoir quitter ce milieu familial où je me sentais incompris. »

 

Vie de famille, préparation : A la fin de l'école primaire, Bruno Gröning fréquenta une école de commerce.....à la demande pressante de son père....apprît également un métier du bâtiment. Il apprit donc celui de charpentier....Par la suite il vécut des activités les plus diverses. Egon Arthur Schmidt écrit sur cette période : « Il réussissait tous les travaux qu’il entreprenait ».
Il se maria à vingt et un ans, mais sa femme ne fut nullement compréhensive. Les deux fils Harald et Günter nés en 1931 et 1939 moururent tous deux à l’âge de neuf ans.....pour Bruno Gröning ce furent de lourdes épreuves.
Ainsi la période entre les deux guerres fut pour lui une préparation à son activité future. Il dut faire mainte expérience amère pour pouvoir comprendre les gens dans n’importe quelle situation et ressentir leur détresse.
Pendant la deuxième guerre mondiale....il fut blessé, fait prisonnier par les Russes et expatrié en 1945 en Allemagne de l’Ouest..... il profita de chaque occasion pour s’investir pour ses camarades ou la population civile.
Il fut libéré en décembre 1945....cependant, après le décès de son second fils et devant la volonté de sa femme de lui interdire toute activité caritative, il se sépara de celle-ci. Il disait : « Je n’appartiens pas à quelqu’un en particulier, j’appartiens à l’humanité. »
Début 1949, son chemin le conduisit dans la région de la Ruhr.....il se rendait d’une maison à l’autre, toujours là où on avait besoin de lui, où des malades demandaient son aide.....
....jusqu’au moment où, en mars 1949, il reçut l’invitation d’un ingénieur de Herford à rendre visite à son fils.
Bruno Gröning eut une deuxième femme : Josette Dufossé, qu’il avait connue déjà en 1950 et épousée en mai 1955.

 

Son cou fortement enflé :  

 

Vous pouvez regarder la suite de ces témoignages, la vie et l'œuvre de Bruno Gröning en visionnant la 2ème partie

 

 

et la 3ème partie

 

de ce documentaire : "Le phénomène Bruno Gröning".

Et n'oubliez pas ce que Bruno Gröning a dit : "Ce que mes adversaires devaient faire, ils l'ont totalement accompli et ils en ont terminé.
De même j'ai fait ce que je devais faire, mais cela n'est qu'un début"

 

Fin et espoir. Les guérisons continuent depuis sa mort. (traduit de l'allemand en français)

 

Les guérisons diverses, spectaculaires continuent d'avoir lieu dans le monde entier depuis sa mort.

Tout ce qui est présenté ci-dessus (hormis quelques titres ou phrases de présentation) provient du site :
www.bruno-groening.org/fr

*****

Si vous voulez des explications sur les miracles, vous pouvez lire le dossier de sos-detresse : "le miracle de la guérison

  *****